Réussir le virage de la santé numérique: 6 acteurs incontournables

Santé connectée, e-santé, m-santé, télésanté, télémédecine… Révolution numérique oblige, la terminologie médicale s’enrichit de nouveaux vocables pour désigner ces réalités -ou potentialités- qu’apportent l’application des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans le secteur de santé.

Il est encore difficile, à ce jour, d’établir une cartographie sémantique précise de ce que recouvrent ces différents termes,

La santé à l’ère du numérique et les nouveaux rôles du patient

Les technologies de l’information et de la communication (TIC) sont appelées à jouer un rôle de plus en plus important dans le secteur de la santé au cours des prochaines années, et pour cause : elles permettraient notamment d’améliorer la qualité des soins, de les rendre plus efficaces et d’en réduire les coûts.

Sans aucun doute,

3 apps utiles pour mieux connaître et gérer la médication

La circulation d’informations médicales et la multiplication des applications mobile en santé peuvent représenter un véritable défi pour les patients et les proches à la recherche de renseignements fiables sur la médication et d’outils appropriés pour en faire une meilleure gestion.

Utilisés à bon escient, internet et les applications mobiles peuvent constituer des ressources pertinentes pour une meilleure compréhension et prise en charge de sa médication,

Nous sommes entrés dans l’ère de la «Société de rémission» 

La société occidentale a connu une forte progression des maladies chroniques ces dernières années. Ce phénomène contemporain est décrit par l’anthropologue médical Arthur Kleinman, comme une «transition épidémiologique» (1), qui met en lumière le recul de maladies infectieuses aiguës considérés mortelles jadis et qui sont devenues, avec l’amélioration des conditions d’hygiène et des connaissances médicales,

Maladies rares et médias sociaux : la force des réseaux de patients et de proches

« Seuls, nous sommes rares. Ensemble, nous sommes forts »*. Cette devise résume à elle seule le pouvoir des médias sociaux à briser l’isolement des personnes souffrant de maladies rares et souvent orphelines, c’est-à-dire pour lesquelles il n’existe pas de traitement autre que le soulagement des symptômes.

Et c’est cette devise qu’a adoptée le groupe Facebook Maladies rares / orphelines –

Web social: un espace pour communiquer le récit de la maladie

L’apparition d’une maladie constitue souvent la raison principale qui incite une personne à utiliser Internet et le Web social pour rechercher de l’information santé. Cependant, il faut préciser que les études (1) soulignent que les motivations et les raisons pour lesquelles ces sites sont consultés sont très variées, selon les maladies et les parcours de soins des internautes.

Utiliser le sociofinancement pour obtenir des traitements et des services en santé

Depuis quelques années, le sociofinancement a la cote. Aussi connu en anglais sous le terme «crowdfunding», il permet à un individu, groupe ou entreprise de financer un projet en recueillant des dons ou des contributions financières, souvent issus de leur réseau social, mais également de la part d’inconnus qui fréquentent les plateformes de sociofinancement.

Le phénomène gagne en popularité dans la sphère de la santé;

Bloguer sa maladie : 5 pistes de réflexion pour intégrer cette pratique au réseau de la santé

L’usage du blogue semble être en forte progression, autant pour trouver de l’information que pour partager son expérience de la maladie (1). Les patients blogueurs seraient de plus en plus nombreux, mais il est difficile de les chiffrer avec précision, compte tenu de la fluctuation de création / retrait des blogues et des lacunes des outils de mesure.

Colloque Usages d’Internet et d’applications mobiles et transformations de la relation soignant-soigné

C’est dans le cadre du 84e Congrès de l’Acfas que se tiendra le colloque Usages d’Internet et d’applications mobiles et transformations de la relation soignant-soigné, le 13 mai prochain à l’UQAM.

Organisé par le Centre de recherche sur la communication et la santé (ComSanté), le Réseau de recherche en santé des populations du Québec et par l’équipe de recherche en soins de première ligne du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Laval,

L’autopathographie : de Montaigne au numérique

Dans notre société, le discours sur la maladie a longtemps été perçu comme le privilège exclusif de la science et de la médecine. Quant aux malades, leurs histoires ont été principalement racontées par les médecins, entre autres sous forme d’études de cas, anonymisées. Comme le souligne Grissi (1996), il y a là un effet paradoxal du secret médical dans le passage à l’écrit : « c’est le médecin qui était tenu à la discrétion,

COMMENCEZ À ÉCRIRE ET APPUYEZ SUR RETOUR POUR LANCER LA RECHERCHE.